Epidémiologie clinique des maladies virales chroniques et émergentes

CLEPIVIRE
Fabrice CARRAT

L’équipe CLEPIVIRE est centrée sur l’épidémiologie clinique des maladies virales chroniques. Les chercheurs de cette équipe coordonnent de grandes cohortes thématiques de personnes vivant avec le VIH, une hépatite virale chronique C, B et/ou Delta, ou une co-infection VIH-hépatite. Ils développent et utilisent des méthodes statistiques spécifiques pour estimer l'effet des traitements à partir de données d'observation.

Présentation de l’équipe

Les objectifs scientifiques de l’équipe concernent la quantification des bénéfices, des risques et du coût-efficacité des stratégies de prise en charge antivirale de ces infections virales chroniques, l'évaluation des comorbidités induites par ces infections ou par les traitements - notamment les cancers, les complications cardiovasculaires ou métaboliques - et les stratégies pour les prévenir.

Nous rassemblons dans notre équipe certaines des plus grandes études de cohorte sur ces infections dans le monde :

  • La cohorte CO4 FHDH-ANRS multicentrique hospitalière avec inclusion continue depuis 1989. Les patients sont éligibles s'ils sont infectés par le VIH1 ou le VIH2 et sont pris en charge dans un centre participant. La base de données comprend des données provenant de 125 hôpitaux correspondant à plus de 153 000 patients examinés au moins une fois entre 1992 et 2015, et couvre plus de 60% des patients pris en charge en France ;
  • La cohorte ANRS CO22 HEPATHER multicentrique hospitalière avec 14 400 patients infectés par le virus de l’hépatite C, 6600 patients infectés par le virus de l’hépatite B suivis depuis 2012 dans 32 centres experts, une importante biobanque centralisée et un chaînage individuel avec les données du Système National des Données de Santé ;
  • La cohorte multicentrique française VIH-VHB, centrée sur l’étude des biomarqueurs pronostiques de l’infection chronique B chez des patients co-infectés par le VIH.

Le volet méthodologique porte sur la comparaison des performances de différentes méthodes permettant de lier l'exposition à un médicament en termes de durée / dose cumulée avec un effet bénéfique ou indésirable, l’intégration de données sur la résistance antivirale dans l’estimation des effets de traitement et la mesure de l’effet de traitement lorsque les risques d’événements sont non proportionnels.

Au-delà des activités strictes de recherche, notre rôle est de fournir aux autorités nationales de santé des données sur les soins (y compris l'accès aux antiviraux, leur utilisation, leur coût, leur efficacité et leur sécurité) au niveau national afin d'orienter la politique de santé publique concernant ces infections chroniques.

Liens utiles